Jour #3 de confinement.


Ça y est. C’est le boxon. Mes ados débloquent. Et ça ne fait que 3 jours …



Déjà, j’ai l’impression d’avancer sur un fil au-dessus du vide depuis vendredi. Parce que je m’y attendais, à l’annonce du confinement plus strict. J’ai donc passé du temps à m’organiser depuis vendredi. Et puis, il y a toutes les conséquences qui me sont venues à l’esprit, en cascade, comme une catharsis…


Je suis seule. Indépendante complet. En principe, pas de droit au chômage. Et quand bien même, il me restera de toutes façons mes frais d’exploitation à payer, mes charges sociales et mes impôts.


Ces 3 derniers jours me font l’effet de montagnes russes. Montée, descente, secouée, secouée, secouée…


Et, même si je dois bien reconnaître que les élans de solidarité, les groupes qui se forment pour se serrer les coudes sont un vrai réconfort (notamment, en ce qui me concerne, le groupe "Rescue Independents and Start-ups" dont l’initiateur fait vraiment un travail formidable pour faire connaître notre situation au gouvernement et l’amener à prendre des mesures de soutien concrètes), mes outils de coach me sont bien utiles pour garder le cap.


Me tenir éloignée des pensées négatives, surtout. Ne pas faire de suppositions (#accordtolteque), déjà.


Me connecter à ma créativité : quoi d’autre est possible, que je n’aurais pas imaginé ? Comment puis-je travailler autrement ? Bien que dans l’absolu, je suis moins anxieuse à propos de ma capacité à m’adapter qu’à propos de l’impact de la crise sur mon activité.


Le défi de demain (genre demain jeudi, pas « Demain ») ?

  • Organiser mon temps de travail pour proposer mes webinaires de soutien pour bien garder le cap (dont je vais bénéficier autant que les participants :D ),

  • Délivrer dans les projets en cours, un peu chahutés,

  • Créer un nouveau modèle d’accompagnement, en remote, à proposer à mes clients,


ET


Last but not least


Gérer la crise qui monte chez mes ados.



Ce soir, Fille Ainée a fondu en larmes en me disant : « Maman ! J’en peux plus ! Je veux voir du monde ! ». J’ai bien failli lui dire « Allume internet, tu vas voir plein de gens, sur youtube notamment » ou «Ben fais une vidéo conf avec tes potes, non ? ».


J’ai bien senti que ce n’était pas la chose à faire.


Je l’ai prise dans mes bras.





Fils Cadet, quant à lui, n’en peut plus. Il a 11ans, il a un TDAH, fait 1m60 et a largement passé l’âge de sauter à la verticale sur le canapé. Pourtant ce soir, il ne s’est pas privé. J’écoutais un direct FB à propos des démarches pour se faire aider en tant qu’indépendant et je t’assure : JE N’EN POUVAIS PLUS MOI NON PLUS ! Encore un peu j’attrapais le scotch gris et je le bâillonnais et le scotchais tout ficelé au mur !







Du coup : résilience, résilience, résilience.


Dans mon programme d’organisation de mon télétravail, je vais devoir demain (midi, sans doute, heureusement à cet âge-là, « ça » dort tard), prévoir une réunion de crise pour ensemble, envisager les différents aspects difficiles à vivre, quelles sont les actions que nous pouvons mettre en place pour nous créer une journée « active » dans notre confinement, alternant un peu de travail pour l’école (nous avons reçu des instructions de la part des profs), de l’exercice physique (Alleluia ! J’habité à l’orée d’un bois, en surplomb d’un lac), et un planning de repas (quand l’humain s’ennuie ou est dans la peur, il a envie de manger, mes ados n’échappent pas à la règle).


3 jours et déjà, ils en ont assez de la farniente…

Je me doutais bien que nous en viendrions là, mais j’avoue que je pensais avoir la semaine quand-même …


Et je sais que ce n’est que le début.



Je compte bien ajouter une activité « Coach » ( « ça » va encore souffler sec : « roooh mamaaaaan, tu nous saoules avec tes trucs de coach !!! »). Nous allons faire un brainstorming ou petit workshop rapide de créativité pour inventer des activités, des choses à faire durant ce confinement. Parce que même si notre 1ère Ministre autorise pour l’instant les allers-retours papa/maman pour la garde alternée, je n’exclus pas le confinement définitif avec moi d’ici le changement de garde…



Bon, ce n’est pas comme si je manquais d’idées, moi :

  • Ils pourraient classer mes papiers. Depuis le temps que ça attend …

  • Terminer de vider les cartons du déménagement (qui date de février 2019 oui oui oui)

  • Grand nettoyage du Duplex (ben quoi ? Tant qu’